Il est des sujets douloureux, tabous ! La mort, ce mot terrible qui sonne le glas ! Mis en opposition à Maman il prend une dimension intolérable, et pourtant…

La mort fait partie de la vie, l’une ne va pas sans l’autre, mais la première ne compose pas bien avec la deuxième ! C’est la raison pour laquelle « La souris qui raconte » parle aussi de ces sujets interdits. Elle refuse de se complaire dans des consensus bien pensants à risque zéro ! Pas parce qu’elle aime prendre des risques. Non, juste parce qu’elle aime parler vrai !

Dans mon cœur est l’histoire d’un petit garçon dont la maman est très malade, et qui va mourir. J’entends déjà les chuchotements… Bien sûr que c’est triste ! Mais la vie n’est pas toujours rose ou sucrée ou pailletée ! Ça se saurait…
Parler c’est désacraliser, surtout lorsque le sujet est difficile, inabordable.  C’est pourquoi elle a édité Dans mon cœur.

Valérie, je me suis exprimée sur mon choix éditorial, mais vous, expliquez-nous pourquoi vous avez écrit cette histoire hors norme ?

Il y a bien des années, j’ai perdu ma grand-mère paternelle. J’avais mis sur papier ce que  je ressentais. Lorsqu’un de mes élèves a perdu sa maman, j’ai ressorti ce vieux texte que j’ai retravaillé en me demandant ce qu’il pouvait éprouver face à tout ça.
Peut-être que de lire un texte comme celui-là, l’aurait aider à mettre des mots sur son chagrin ?

Et vous Nouchine, comment avez-vous appréhendé ce récit ?

L’écriture du texte est très sensible. Elle m’a tout de suite inspiré des couleurs et une ambiance particulière. Je me suis dis qu’il fallait amener de la poésie dans un texte aussi difficile d’accès et permettre à l’enfant d’apaiser ses souffrances par des messages de douceur et d’espoir…
Si mes illustrations sont sobres et sans visage c’est pour permettre à chacun d’y voir sa propre histoire…

Votre envie respective d’écrire et d’illustrer, ça remonte à quand et qu’est-ce que cela vous a apporté ?

Valérie : J’ai écris des poèmes vers 12 ans et à 14 ans j’ai écris un roman policier que je n’ai pas fini ! Quant à ce que cela m’apporte, du plaisir et de la sérénité. N’étant pas illustratrice, je dessine et prends des cours de peinture car j’aimerais un jour pouvoir illustrer l’un de mes textes !

Nouchine : Pour ma part, je dessine depuis le moment où j’ai su tenir un crayon ! Le dessin est mon moyen d’expression, j’ai ainsi le privilège de mettre des images sur des mots. Du texte à l’image il y a une passerelle à franchir et j’aime ce voyage…

Quels sont vos livres culte ?

Valérie : L’allée du roi de Françoise Chandernagor et côté jeunesse Le loup sentimental de Geoffroy de Pennart. Ce sont deux titres parmi des tas d’autres évidemment !

Nouchine : La secte des égoïstes de Eric-Emmanuel Schmitt et en jeunesse, si je devais en sélectionner un ce serait Pétronille et ses 120 petits de Claude Ponti (une histoire de maman souris et de ses 120 souriceaux…).

La souris est très prisée dans l’univers jeunesse… !
Vous lever le matin pour vous, c’est quoi ?

Valérie : Faire ce que j’aime avec ceux que j’aime !

Nouchine : La perspective de dessiner mon programme de la journée !

Et qu’est-ce qui peut contrarier cette journée ?

Valérie : Etre confrontée à l’injustice

Nouchine : Le manque de respect et la violence gratuite

Un deuil est injuste et violent, non ? Pour autant vous avez raconté et illustré avec sentiment et délicatesse. Bravo encore à toutes les deux. Si Dans mon cœur n’est pas forcément à mettre entre toutes les mains, elle peut apporter un peu de réconfort à l’enfant endeuillé de préférence avec l’aide d’un parent. Montrer que le meilleur moyen de prolonger la vie, c’est de l’inscrire dans la mémoire.


2 Commentaires sur “Dans mon cœur, parce qu'il bat !

  1. Bonjour
    Petite question en passant. Est-ce que votre mari est le Michel Prêtre qui habitait rue Polonceau à Paris dans les années 80 et qui a connu Sylvain Piron et Bernard Ducamp ???
    Si oui, « bonjour de la part d’Arguilla ».
    Gracie mille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *