affiche_congres2018

Du 7 au 9 juin prochain se tiendra, à La Rochelle, le salon de l’ABF (Association des Bibliothécaires de France). Le thème de ces trois journées professionnelles est une question d’importance : « A quoi servent les bibliothèques ? ». Les bibliothèques comme lieu, les bibliothèques innovantes, les bibliothèques et l’humain… le programme détaillé est consultable ici.

C’est une première pour La Souris Qui Raconte. Après plus de huit années d’activité, dont quatre tournées presqu’entièrement vers les bibliothèques, je me devais cette expérience. J’avais eu l’occasion, en tant qu’invitée, de participer à un salon professionnel organisé par l’IFLA (un ABF mondial pour faire court), c’était en 2014. Après une assiduité obstinée à des salons grand-public qui a connu ses limites l’année dernière, j’ai eu envie de tenter cette expérience professionnelle, et d’aller à la rencontre des bibliothécaires qui pourraient encore être surpris(es) par nos offres numériques d’abonnement. Nous serons donc parmi les 64 exposants du salon, installés stand B52 à proximité de l’Agorabib, avec l’envie de vous rencontrer, d’échanger et de vous convaincre, mesdames et messieurs les bibliothécaires. Alors soyez les bienvenu(e)s chez nous le temps de ces trois journées.

Et puis c’était aussi l’occasion de réaliser une jolie bande annonce sous forme de « pitch » de La Souris Qui Raconte, pour dire en quelques mots ce qui distingue LSQR des autres éditeurs numériques. C’est chose faite. En exclu, vous pouvez la découvrir ici, et la retrouver stand B52.

Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Un alphorêt, c’est une forêt dont les arbres sont rangés comme dans un dictionnaire, par ordre alphabétique, du A au Z ! Pour le A c’était assez facile, mais pour le Z, le W ou le Q, il fallait les trouver, et avoir toute la connaissance sylvestre de son autrice Marie-Laure Depaulis. Quant à leur représentation, Claire Fauché a probablement passé beaucoup de temps dans le manuel de botanique dont il est question dans le récit !

la forêt

L’alphorêt est notre 51publication numérique, et sera notre deuxième co-édition papier, dont j’espère bien que les arbres de cet alphorêt soient tous épargnés. Publication jubilatoire par l’humour et l’originalité du texte et par la richesse et la beauté des illustrations de Claire, et je ne vous dis rien sur l’inventivité des interactions mais vous invite plutôt à découvrir comment planter un dattier ou épiler le goyavier !

Marie-Laure, j’ai eu un immense plaisir à découvrir votre texte, lorsque vous me l’avez confié. Il est tellement original qu’il a forcément une histoire, quelle est-elle ?

XanthocerasLorsque j’habitais en Grèce, au cours d’une soirée à refaire le monde, une très bonne amie à moi a évoqué un souvenir qui m’a immédiatement charmée. Encore étudiante, elle avait planté, tout le long d’une allée de sa maison de famille, vingt-six arbres : chacun avait un nom qui commençait par une des lettres de l’alphabet.
Le lendemain, j’ai accroché une grande feuille de papier dans mon salon, j’y ai dessiné les vingt-six lettres de l’alphabet latin et j’ai passé plusieurs jours à écrire là les noms d’arbres qui me venaient à l’esprit en appelant tout mon entourage à la rescousse ! J’ai arrêté lorsque j’ai obtenu une liste dont les sonorités me plaisaient et, comme Alphaki, je la fredonnais sans cesse !
Au même moment, je jetais sur papier les premières lignes de L’alphorêt que j’ai souhaité devenir une ode à l’acceptation des nouveaux arrivants.

Claire, je me souviens que lorsque je cherchais un•e illustrat•eur•rice pour mettre des images sur les mots de Marie-Laure,Robinier alors que vous aviez décliné plusieurs textes que je vous proposais, celui-ci vous à conquise instantanément. Quel écho a-t-il fait résonner en vous ?

Un texte nous faisant sourire avec ses incongruités poétiques et pointes d’humour, ça ne se refuse pas ! Et c’était l’opportunité de revoir les connaissances en botanique. Je peux me targuer de reconnaître un robinier maintenant, c’est un faux-acacia !

Marie-Laure, quels commentaires sur votre livre numérique en images animées, en voix et musiques ? Et quel écran a votre préférence ?

Je suis enchantée du résultat ! 
Je trouve les illustrations de Claire drôles et très poétiques. Alphaki a le physique qu’il devait avoir et il m’est à présent impossible de l’imaginer autrement qu’avec ses bretelles orange et sa barbe frisottante ! J’aime la brouette tracée en noir sur fond blanc, la palette de couleurs choisie et la singularité de chacun des arbres. L’histoire s’est considérablement enrichie grâce aux images.
Pour ce qui est de l’aspect sonorisé et animé, la musique me semble renforcer les différentes atmosphères et les animations, quant à elles, apportent un soupçon de magie supplémentaire ! Un aspect ludique également.
Il m’est très difficile de choisir l’écran que je préfère. Celui sur lequel on peut dessiner le petit alpha me replonge en Grèce avec bonheur, j’adore la galerie de portraits sylvestres et l’apparition du dattier après lecture du manuel de botanique. Mais j’aime aussi la fantaisie avec laquelle sont rendus les cauchemars et la poésie qui émane du petit voilier glissant sur fond de soleil couchant !
Claire a eu des idées géniales ! 

Screen Shot 2017-08-17 at 17.40.23

Claire : Merci Marie-Laure, ça me fait plaisir que vous accueilliez mes illustrations avec autant d’enthousiasme. Merci pour votre texte aussi.

M.-L., vous qui êtes aussi conteuse, et m’aviez confié vouloir lire votre texte, comment avez-vous entendu la lecture de Thierry ?

J’ai souvent raconté cette histoire, et je la raconte bien sûr encore avec plaisir. Je ne tenais cependant pas absolument à l’enregistrer pour le livre et la version que propose Thierry Ragueneau est parfaite ! Il a ce petit sourire dans la voix qui va très bien à l’alphorêt !

Claire, nous n’en sommes pas à notre première collaboration, et « Conte du haut de mon crâne » reste le must de La Souris Qui Raconte. C’est vous qui aviez (en 2011) fait toute l’animation en Flash. Expérience renouvelée plus tard avec « Le livre papillon », que vous aviez traité d’une tout autre manière. Vous savez donc « animer ».
Pour cet ouvrage-ci, vous avez, avec une infinie minutie, préparé chaque étape des animations, ou interactions que vous souhaitiez. Celles-ci ont été faites (et sous traitées) en html5, et html n’autorise pas ce qu’autorisait Flash, c’est frustrant pour nous aussiLà où nous étions presque dans un dessin animé avec Conte, j’ai bien senti votre déception avec « L’alphorêt ». Le résultat pour vous n’était pas satisfaisant. Avec le recul, et les analyses que vous avez recueillies auprès de vos amis, qu’en pensez-vous après sa dernière lecture ?

Il faut savoir y trouver son compte et faire des compromis et surtout, reconnaître la masse de travail et la bonne volonté de l’équipe. Mon entourage n’y voit que du feu de toutes façons !

M.-L.Vous avez déjà prévu de le montrer en bibliothèque, avez-vous une idée de la manière dont vous vous y prendrez ?

Je serai sans doute tentée de raconter l’histoire avant de dévoiler le livre, comme je le fais pour d’autres récits que j’ai publiés. Puis il me paraît indispensable, dans un second temps, de laisser les lecteurs explorer et découvrir seuls les trésors cachés des animations…

Merci à vous deux pour votre confiance.
Merci aussi à Sabine Chalaguier et Prakash Topsy, pour « la masse de travail » accomplie sur les animations et interactions, car dans ce livre, on déplace et plante des arbres, on en arrose d’autres. On aide Alphaki à épiler le goyavier et on mange son fruit délicieux ! Mais surtout, surtout… on découvre cet arbre étrange à la feuille unique !

Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Retour d’usage suite de Merrillee Reboullet

Vers l’autonomie en lecture : « Et qu’est-ce que l’on écoute aujourd’hui, Madame ? »

J’entends des traces d’excitation dans la voix du garçon de dix ans en face de moi. Je réponds en souriant, « Aujourd’hui c’est à toi de choisir. »  Je souris parce que je sais déjà qu’il sera ravi de pouvoir choisir lui-même une histoire de « La Souris Qui Raconte ».  Je souris également car je ressens avec lui sa fierté de mieux comprendre un texte plus compliqué, de mieux appliquer des stratégies de lecture qui l’aident à découvrir les nouveaux mots et de mieux gérer sa lecture indépendante. En tant que professeur, quand un des buts pédagogiques se réalise, c’est un grand moment, et il faut le vivre pleinement !

Un autre monde

Au début de l’année, en complément des buts habituels, j’ai fixé plusieurs objectifs par rapport à la littératie pour mes élèves. Premièrement je voulais les voir emballés par la littérature authentique francophone et deuxièmement je désirais qu’ils se voient comme des vrais lecteurs de français et pas seulement des apprentis d’une deuxième langue. Dans les deux cas, la collection de livres de LSQR correspond parfaitement et offre une ressource précieuse à mes élèves anglophones en immersion française.
Durant le premier trimestre de l’année scolaire, j’ai préféré présenter les œuvres de LSQR en grand groupe pour m’assurer que les élèves pouvaient bien comprendre et pour les aider à bâtir leurs stratégies de lecture.  Mais au second trimestre, je voulais les amener vers l’indépendance tout en les encadrant par quelques soutiens. Nous avons trouvé une formule qui combinait la lecture partagée en grand groupe, en petit groupe, ainsi que la lecture individuelle. Je vais les présenter séparément dans cet article, en commençant avec le partage en grand groupe et en finissant avec la lecture indépendante.

La classe a beaucoup aimé notre exploration des thèmes présentés dans le récit « La bulle d’Élodie ». Je craignais que les nuances d’amour ne plaisent pas à mes élèves qui sont un peu trop jeunes pour s’intéresser aux sujets romantiques. Mais je trouvais les autres thèmes qui y étaient abordés, tels que l’appréciation d’autrui, la célébration de nos qualités uniques et l’expression de nos émotions, trop pertinents pour s’en passer. La bonne littérature promeut les discussions liées aux expériences de la vie et je voulais renforcer leur apprentissage précédent de l’expression des émotions avec ce récit émouvant.
Conformes à ce que j’avais espéré, les conversations pendant la découverte de l’histoire étaient pleines de réflexion et les élèves ont fait preuve d’une certaine empathie pour une fille perçue comme différente.  Ils ont également identifié les situations qu’Élodie ressentait, lesquelles influençaient ses actions et ses décisions. Ce qui a été renforcé au cours de cette lecture, mais que je n’avais pas anticipé, était la fragilité de la compréhension d’un texte pour un apprenant de langue. Bien sûr, leurs connaissances antérieures leur apportaient l’idée de ce que c’était d’être sourd, mais en n’ayant jamais rencontré cette idée en français auparavant, ils ne connaissaient pas le mot et ne s’identifiaient pas avec les descriptions éloquentes de la situation d’Élodie.  C’est au moment où ils ont compris pourquoi elle vivait dans « sa bulle »,  que leur connexion au livre s’est intensifiée visiblement.

Comme beaucoup d’enseignants, j’emploie les centres de littératie dans mon cours de français pour favoriser un apprentissage ciblé à la production et la compréhension de la langue. Les élèves ainsi occupés, je suis alors disponible pour lire avec de plus petits groupes.  Un de ces centres inclut les habilités orales qui comprennent l’écoute et le parlé.  En général, les présentations de livres de LSQR sont exactement à la bonne longueur —si tout se passe bien côté technique !— pour la durée d’un de ces centres ; il y a juste assez de temps pour écouter, explorer toutes les animations éventuelles (ces dernières comptent pour beaucoup chez les jeunes !) et discuter avec leurs pairs de ce qu’ils ont lu, entendu et compris.
C’est dans ce contexte, en groupe de 4 ou 5 élèves, qu’ils ont découvert « Le prince de Venise », un conte qui rappelle à ses lecteurs d’être reconnaissants pour ce qu’ils ont dans la vie.  Malgré cette bonne morale et les nombreuses leçons possibles à tirer de ce récit, mon but en invitant les élèves à découvrir ce « prince » était tout simplement d’apprécier un livre contenant un peu de magie et d’inciter une réponse personnelle.  Nous commencerons bientôt à écrire nos propres récits imaginaires et j’aime exposer les élèves aux bons exemples d’un genre quand nous l’étudions spécifiquement.
Malgré mes attentes moins grandioses cette fois, je ne pouvais pas m’empêcher de demander aux élèves ce qu’ils souhaiteraient, s’ils tenaient eux-mêmes la noix dans leur main comme les citoyens de Venise. Les réponses variaient comme on pourrait imaginer entre la paix mondiale et la provision à vie des meilleurs bonbons !

Beaucoup de récits de LSQR contiennent des thèmes imaginaires avec des sorciers, des fées, des princesses et de la magie.  Cependant, il y a souvent une petite surprise ou un départ des contes classiques qui attire l’attention d’un élève de CM1 et CM2.  Ils connaissent à cet âge-là, certaines histoires traditionnelles et ils peuvent reconnaître les similarités et soulever les différences entre les classiques et les nouvelles.  Pour fournir encore plus d’exemples de récits imaginaires à mes élèves, je les ai invités à lire individuellement « Une botte pour deux » et « La princesse aux pieds nus ».  Ces deux titres font appel aux contes familiers tout en traitant des thèmes modernes : l’égalité des femmes et des hommes, la beauté intérieure et la célébration de l’individualité de chacun.  Les élèves plongeaient avec enthousiasme à l’écoute, les casques aux oreilles.

Sur l'écran du fond, La princesse aux pieds nus
Sur l’écran du fond, La princesse aux pieds nus. A droite, La grosse tête de Magior

 

Plus tard je leur ai demandé pourquoi ils aimaient lire les histoires de LSQR indépendamment.  Parmi les retours prévisibles comme « C’est amusant » ou « Quand tu cliques au bon endroit il y a des animations, » une fille m’a confié ce qu’elle appréciait. « Ça te lit l’histoire.  Et si tu ne connais pas un mot, la voix [du narrateur] te dit comment le prononcer. »  Pour des élèves qui apprennent sans cesse les nouveaux mots de vocabulaire, c’est un atout précieux.

J’ai hâte de voir comment nous intégrerons les livres pendant le trimestre final. J’imagine que nous allons continuer à les partager dans des contextes variés. Je préfère une approche fluide où les élèves prennent parfois l’initiative, d’autres fois c’est moi qui les dirige vers un texte « incontournable ».  La lecture est beaucoup plus attirante quand chacun participe à la découverte de livres bien agréables qui créent ensuite des souvenirs de partage. C’est ainsi que les « vrais » lecteurs sont emballés par la magie d’une belle histoire.

Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Le Conseil Départemental de l’Oise est abonné à La Souris Qui Raconte via la Médiathèque Départementale de l’Oise, depuis fin juin 2015. Au vu de l’usage plutôt actif du service, le deuxième après la bibliothèque de la Cité des Sciences, j’ai pensé qu’en rendre compte aiderait peut-être les autres collectivités abonnées.

bandeau MDO

Maureen Hernandez est responsable Communication et Développement numérique de la MDO. Elle me sollicite chaque mois, aussi précise qu’un métronome, pour connaître les statistiques de connexions. Celles de 2017 ont été particulièrement bonnes, notamment sur le deuxième semestre. Tout en félicitant Maureen, je n’ai pas résisté à la tentation de lui demander le secret de ce succès. La médiation, m’a-t-elle révélé. LA MÉDIATION !
Quel mot magique, puisqu’en la pratiquant (la médiation), ça marche !
J’ai voulu en savoir plus pour vous en rendre compte, et j’ai donc posé quelques questions à Maureen. Voici ses réponses. N’hésitez pas à cliquer sur les liens, il y a aussi un beau travail éditorial qui montre, s’il en était encore besoin, que la communication est essentielle.

Combien de bibliothèques et points de lecture compte le département ? Pour quelle population ?
Maureen : La Médiathèque départementale de l’Oise est centre de ressources pour les 220 bibliothèques et médiathèques de son réseau, bibliothèques de moins de 10 000 habitants.

Nous le savons tous (dans le milieu en tous cas) une bibliothèque ou médiathèque départementale, n’est pas en contact direct avec le public. Comment un jeune lecteur se connecte-t-il à la ressource ?
M. : La MDO propose depuis 2014 les ressources numériques aux bibliothèques du réseau uniquement. L’objectif est de pouvoir accompagner les bibliothèques de moins de 10 000 habitants. Pour bénéficier de ces ressources, les usagers doivent tout d’abord en faire la demande auprès de leur bibliothèque. C’est ainsi une nouvelle opportunité pour chacune de faire venir un autre public dans ses murs.

ma médiathèque num

La médiation dont vous m’avez parlé, à qui s’adresse-t-elle et comment s’organise-t-elle ?
M. : La MDO souhaite aller plus loin avec les ressources numériques, au-delà d’une offre de service. Nous initions donc depuis 1 an différentes actions de médiation pour accompagner les bibliothèques, tenter de réduire les freins et les résistances liés au numérique et les inciter à utiliser le numérique comme un outil d’animation complémentaire à ce qu’elles proposent au quotidien.
Nous orientons donc ces actions de médiation autour de fiches pratiques.
Pour La Souris Qui Raconte, nous nous appuyons beaucoup sur les fiches proposées sur votre site pour inciter les bibliothèques à mettre en place des contes numériques en bibliothèques.
Nous valorisons par des articles les bibliothèques qui expérimentent les contes. Les équipes de la médiathèque départementale proposent dans nos actions culturelles des contes numériques, ce qui incite aussi les bibliothèques à s’y essayer.
Nous avons créé sur notre site internet une « boîte à idées numériques » où les bibliothèques peuvent venir piocher en fonction de leur public ou de leurs objectifs des idées d’animation : animation en bibliothèque, formations, création de partenariats, innovation sont les maître-mots de cette médiation.
Une autre rubrique de veille numérique : « Numérique en bib’ » vient compléter les informations autour de ce vaste sujet.
Avec La Souris Qui Raconte, nous avons aussi beaucoup sensibilisé les bibliothèques sur l’opportunité qu’offre cette ressource pour un temps privilégié avec l’enfant : l’histoire du soir, un temps calme autour d’une histoire lue, la possibilité aussi de se saisir de ces histoires lues pour les parents qui ne savent pas lire une histoire.

Avez-vous une « formation type » pour la ressource ? Si oui, pouvez-vous nous en donner les grandes lignes ?
M. : Nous organisons chaque année, 2 formations autour du numérique et des ressources numériques intitulées « Quoi de neuf à la MDO ? ». Cette formation est proposée sur les 2 sites de la MDO (Beauvais et Senlis) afin de toucher l’ensemble de notre réseau.
Lors de cette formation nous présentons les ressources, mettons en avant la boîte à idées et insistons sur cette offre qui est une véritable opportunité pour les bibliothèques pour animer et dynamiser leur structure et animer un autre public. Nous souhaitons aller cette année plus loin en leur proposant de monter des ateliers pratiques lors des formations pour qu’ils puissent s’essayer à la démarche avant de le faire en bibliothèque.

Les bibliothèques ainsi « formées », comment s’approprient-elles la ressource et comment s’y prennent-elles pour, à leur tour, la valoriser ?
M. : Grâce à l’intervention de la MDO dans différentes bibliothèques sur les contes numériques et à la valorisation de ces actions, les bibliothèques commencent doucement à mettre en place des contes numériques dans leur bibliothèque en direction des scolaires et des familles. Elles ont davantage d’arguments et d’exemples pour présenter cette offre aux parents et les inciter à découvrir chez eux les contes proposés.

Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

22 | 02
2018

Une belle application ! Mais quand je dis belle, c’est vraiment belle ! C’est devenu si rare, que c’est un bonheur de découvrir celle-ci. Conçue par Julie Stephen Cheeng produite par Ex Nihilo et les éditions Volumiques « La pluie à Midi » est un livre ET une application.

la pluie a midiÇa fait quelques jours que ça buzz autour de cette sortie, qui ne date que du 15 février dernier. Très attendue par la profession, elle va faire couler certainement beaucoup d’encre, et j’anticipe à ma façon l’enthousiasme que cette œuvre numérique va susciter.
La première fois que j’ai entendu Julie parler de son projet, c’était en 2015, à l’occasion d’une journée TransBook organisée par la Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil. Autant dire que cette pépite-là aura demandé du temps pour se polir !

L’histoire ?

Un hippocampe siffle son copain, et un poisson tout rond et tout mignon sort de sa cachette. S’ensuit un échange entre le poisson, qui se prénomme Joe, et l’hippocampe. Pas un mot n’est dit ou écrit (d’ailleurs il n’y en a pas dans toute l’histoire), pas besoin, c’est limpide ! Le rêve du petit poisson est de nager avec les grands requins. Mais pour ça, il lui faut un aileron ! Qu’à cela ne tienne, l’hippocampe lui en trouve un. Et voilà notre hardi poisson nageant parmi les requins, lorsqu’une tempête emporte son aileron, et son rêve avec lui !

Joe vu de dessus
Joe nage, au-dessus de lui une indication de direction pour trouver son aileron

Comment ça se passe ?

Après avoir répondu à la question : « As-tu le livre ? » (laquelle est NON pour ce qui me concerne) je rentre dans l’eau glacée et musicale ! Joe (qui ne manque pas d’humour) s’endort pendant que j’écris ces lignes, et des petits ZZ…ZZZ s’échappent de sa bouche alors que tous ses copains nagent doucement dans le bleu de l’écran ! Mon doigt sur la tablette va le réveiller et c’est ce même doigt qui va mener notre héros à la rencontre de tous ses congénères. Ceux de la pluie, du soleil, de l’orage, de la neige et de la nuit. Cinq univers météorologiques, cinq sortes de poissons qu’il faut aussi attraper en même temps que Joe cherche son aileron. Attention, certains ne sont pas faciles à trouver.
La baignade onirique proposée à l’enfant est d’une très grande poésie. Les ronds dans l’eau que fait le doigt sur la tablette sont plus vrais que des ricochets et Joe déambule ainsi et nous émerveille ! Il n’est pas le seul ! Les nombreux poissons qu’il faut rassembler pour découvrir la parade finale ont tous une, voire plusieurs surprises, à nous faire découvrir ou entendre. Certains sifflent gaiement en se dandinant, d’autres s’allongent ou se transforment… Beaucoup d’humour dans ces nombreuses interactions.
Joe nage, et nous avec. Dans tout ce bleu, et par tous les temps, on découvre aussi quatre spots de jeux où l’enfant doit aider Joe. Une fois le jeu terminé Joe explose de joie, dans un feu d’artifice pétaradant, d’autres poissons se mêlant à l’euphorie de notre petit héros !

poissons neige
Les poissons « neige » il m’en manque un

C’est beau, c’est coloré, et d’une qualité artistique remarquable. C’est très drôle aussi et j’ai ri à certaines trouvailles de Julie. Une application et un livre dont je ne doute pas une minute qu’ils resteront dans les annales de notre petit monde numérique ! Bravo à toute l’équipe.

Ce qu’en disent étapes et Popapp.

Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone